Un cas de médicaments falsifiés découverts en République démocratique du Congo

2017 Lancet GH An epidemic of dystonic reactions in central Africa

Message de BeCause Health (traduction Google):

Dans la correspondance jointe au Lancet Global Health, Peyraud et ses collègues rapportent un cas de médicaments falsifiés découverts en République démocratique du Congo (RDC), et déjà signalés par une alerte de l’OMS. L’enquête a été menée pour déterminer la cause d’un groupe de symptômes semblables à la méningite, qui n’étaient pas dus à une méningite bactérienne et qui ont finalement été classés comme «dystonie toxique». Les réactions dystoniques sont rarement mortelles, mais elles peuvent causer de la détresse, de la panique et de la stigmatisation, et elles peuvent même être liées à des «sorts / esprits mauvais».

Au cours de l’enquête, il a été noté que «dans cette région de la RDC, les patients reçoivent souvent du diazépam sans ordonnance pour traiter un large éventail de maladies pour lesquelles le diazépam ne devrait pas avoir été utilisé selon une prescription rationnelle». L’enquête a permis de conclure que «l’évidence suggère que cette importante flambée de réactions dystoniques, dans une région éloignée de l’Afrique centrale, était causée par la consommation de comprimés étiquetés comme diazépam mais qui contenait en fait de l’halopéridol non déclaré». Il s’agissait le plus souvent de médicaments falsifiés, faussement étiquetés comme s’ils étaient fabriqués par Centaur et AGOG. Ils ont été achetés chez un distributeur basé à Kampala. Lorsqu’ils ont été contactés par les chercheurs, AGOG Pharma Ltd (Vasai, Inde) a déclaré qu’elle ne fabriquait pas de diazépam mais qu’elle fournissait de l’halopéridol sous forme de cloques étiquetées «AGOHAL, Haloperidol tablette BP 10mg». Centaur Pharmaceuticals (Mumbai, Inde) a confirmé qu’il fabrique du diazépam mais pas de l’halopéridol.

Les auteurs rappellent à juste titre que «le besoin d’un appui national et international aux autorités de réglementation des médicaments dans les pays économiquement pauvres est important» et que «cette manifestation de toxicité grave par des médicaments falsifiés devrait être un appel d’urgence pour la communauté mondiale de la santé publique» S’assurer que tous les patients, en particulier ceux des communautés vulnérables, bénéficient d’une prescription rationnelle et de l’accès à des médicaments de bonne qualité ».


Cet article est également disponible en : Anglais

Laisser un commentaire

LinkedIn
Share